• 10juin

    Améliorer la valeur des services du SI

    Dans cette perception de l’évolution vers un monde de plus en plus ouvert, où les collaborateurs ne sont pas forcément dans les « murs » de l’entreprise et les clients/usagers « hors » des murs, où les actifs de l’entreprise sont de plus en plus immatériels, la capacité à exploiter le système d’information pour créer plus de valeur pour l’entreprise devient un défi majeur.
    Ainsi cette année, améliorer la valeur des services du SI pour l’entreprise passe en tête des enjeux d’évolution de la DSI, avec une importance significative (élevée à très élevée) pour 80% des répondants, détrônant l’amélioration de la qualité de services qui toutefois se maintient à la deuxième position
    On constate également plus de volonté, dans les besoins d’évolution court terme, d’investir dans la satisfaction des besoins et la différenciation, après avoir privilégié la réduction des coûts. Ceci montre l’évolution progressive de la vision qu’ont les entreprises de leur système d’information et la volonté de la DSI d’aller vers un positionnement « centre de valeurs » davantage qu’un centre de coûts, grâce à plus de transparence sur les apports des services pour les directions générales des entreprises.
    Alors que l’observatoire de l’année précédente notait combien les répondants voyaient leurs métiers influencés par les nouveaux modes d’opération des services, que ce soit au niveau organisationnel ou technologique (avec le SOA), l’observatoire de cette année relève davantage le poids accru de la mobilité et de la consumérisation de l’IT, avec un niveau d’équipement des clients/usagers de plus en plus élevé et des collaborateurs mobiles.
    Toutefois, en dehors de périmètres « connus » et exploités depuis longtemps, en particulier au niveau de la dématérialisation de certains échanges, les entreprises manquent encore de maturité devant bon nombre de nouveaux usages du numérique issus du Web.
    Une entreprise sur deux a recours au cloud computing, de préférence pour un usage du cloud privé ou hybride. Moins de 15% de nos répondants déclarent avoir recours au cloud public et encore moins au cloud communautaire.
    Si on peut dire que l’usage du Saas est répandu dans plus d’une entreprise sur deux, pour autant son importance est circonscrite à des domaines fonctionnels spécifiques et des cas particuliers.
    La moitié des entreprises estiment que le taux d’externalisation de leurs applications en Saas est marginal (moins de 5% du parc applicatif) et seulement 10% le juge important ou très important.
    L’échantillon de l’observatoire 2012 marque également une nette progression dans la capacité des entreprises à exploiter les évolutions des TIC pour l’usage des métiers et jusqu’à 80% des répondants d’entreprises de moins de 500 employés estiment que leurs processus d’anticipation et d’innovation permettent cela, contre seulement 50% pour les entreprises de plus de 5000 employés.

    lire la suite : une meilleure gestion du patrimoine

    Article entier :« Page précédente Page suivante »

Laisser un commentaire

Avertissement: Les commentaires sont soumis au modérateur ce qui peut retarder leur publication. Il n'est pas utile de les renvoyer dans l'intervalle, merci.