• 10juin

    Des entreprises de plus en plus conscientes de la criticité des systèmes d’information

    Durée d'interruption tolérable du SI

    Durée d’interruption tolérable du SI

    En moyenne, tous secteurs et tailles d’entreprises confondus, plus d’un répondant sur deux considère que la direction générale a une bonne vision de la valeur et des enjeux du SI et de son pilotage
    De façon globale, le système d’information est réellement devenu la colonne vertébrale de l’entreprise. Sans lui, les activités ne peuvent plus se poursuivre normalement. Il est significatif que si l’année dernière encore, notre échantillon estimait à 18% que leurs entreprises pouvaient survivre à une interruption totale du SI pendant plus d’une semaine, ils ne sont plus que 3% cette année et 46% des entreprises de notre échantillon estiment qu’une interruption totale de leur SI mettrait en danger la viabilité de l’entreprise en moins d’une demi-journée , voire en moins d’une demi-heure (13%).

    Rien d’étonnant dès lors que 66% des DSI reportent directement à la direction générale (PDG ou DG), un chiffre en constante augmentation depuis trois ans.
    La maturité des entreprises par rapport à l’alignement de leur système d’information avec leurs enjeux dépend essentiellement de leur capacité à évaluer en quoi celui-ci supporte les objectifs de leurs processus métier, et en quoi il pourrait aider à faire mieux, ou autrement.
    Or on constate cette année une meilleure corrélation entre la vision du potentiel de génération de valeur du SI et celle des enjeux d’évolution d’entreprise qui poussent à la modernisation du SI. Ainsi les répondants du secteur public, lequel est toujours dans la mouvance de modernisation et d’amélioration de ses services, considèrent à 86% que le SI a un réel potentiel de génération de valeur pour la satisfaction des clients/usagers, soit une évolution sur un an d’environ 30%, ce qui montre à quel point la perception de l’importance des technologies de l’information et de la communication pour le dialogue avec les usagers a évolué en peu de temps.
    C’est pourquoi il est peu surprenant que « mettre le client (consommateur ou usager) au cœur des processus » ressorte, toutes organisations confondues, comme le premier enjeu d’évolution de l’entreprise qui conditionne l’évolution des SI.
    L’optimisation des possibilités d’interactions qu’offrent les technologies numériques ne concerne pas seulement le dialogue avec les clients, elle s’étend aux échanges avec toutes les parties prenantes.

    Optimiser l’entreprise étendue (mobilité, fournisseurs, partenaires, … ) est un enjeu qui ne cesse de croître pour tous les secteurs depuis trois ans dans un contexte international où, d’une part, la concurrence et ses conséquences en termes de délocalisations ou de dérégulations est de plus en plus vive, d’autre part, où de plus en plus d’employés et de clients ont des équipements mobiles personnels et il devient possible d’interagir sur une plus vaste échelle.

    lire la suite : Améliorer la valeur des services du SI

    Article entier :Page suivante »

Laisser un commentaire

Avertissement: Les commentaires sont soumis au modérateur ce qui peut retarder leur publication. Il n'est pas utile de les renvoyer dans l'intervalle, merci.