• 10nov

    Les applications des entreprises ne se modifient pas au rythme des changements technologiques. Elles ont pour certaines, en particulier les applications de gestion, des cycles de vie bien plus longs que ceux liés aux changements de paradigmes technologiques, qui se font sur des cycles de cinq à sept ans.

    Logique de coût et Loi de Moore

    Mais si l’on observe la loi de Moore, ou du moins l’évolution des puissances et des performances des plate-formes serveurs sur lesquelles tournent ces applications, on est en droit de se poser des questions sur l’intérêt, si ce n’est de modifier l’application fonctionnellement, d’en modifier les fondations.  En effet, une migration de plate-forme (appelée également « re-hosting »), peut présenter l’intérêt de diminuer de façon quantifiable des coûts d’infrastructure en exploitation, en passant sur des modèles plus récents, plus performants et moins coûteux. Au-delà de cette équation « coût », il y a également l’intérêt de passer d’environnements « fermés » au sens propriétaires, vers des environnements « ouverts » respectant des standard d’interopérabilité, et qui, de facto, autoriseront une meilleure intégration des applications entre elles, même si cette ouverture a souvent pour corrollaire une gestion de la complexité de l’intégration.