• 05déc

    Le flux tendu, un classique des années soixante toujours d’actualité

    Le flux tendu (ou JAT pour «Just In Time ») est un « classique » de la chaine logistique, qui consiste à minimiser les stocks et les en-cours de fabrication. Initié au japon dès les années soixante, il rassemble un ensemble de techniques, de l’amont à l’aval de la production, qui visent donc à améliorer la productivité globale de l’entreprise et réduire les coûts induits par les stocks. Au fil du temps, les techniques de pilotage de la chaine logistique se sont améliorées, bénéficiant des dernières avancées technologiques en matière d’information et de communication. Aujourd’hui, on parle davantage de « demand driven supply chain », au sens où le pilotage est tiré par la demande du consommateur final, et non plus l’offre/ la disponibilité des produits. Des ouvertures technologiques telles que le RFID (notamment pour la traçabilité), « l’ouverture » et « l’interopérabilité » des systèmes d’information entre acteurs (grâce à Internet), et l’usage de solutions de type « business intelligence » ont conduit à des pistes tangibles d’amélioration et d’optimisation dans ce sens en permettant rapidement d’évaluer/estimer les tendances et être pro-actifs. Evidemment, on en voit toute l’implication à une époque de crise économique qui conduit à réduire justement la production dans de nombreuses industries souffrant d’une baisse de la demande, mais également à ajuster l’offre à de nouveaux types de demandes et/ou comportements d’achat dans la grande distribution. Ce « flux tendu », pratiqué de manière industrielle, est aujourd’hui relativement bien maitrisé par les industries ayant à gérer des stocks et/ou des matières premières, sur l’ensemble des étapes de la chaine, de la conception/fabrication, au transport, distribution, commerce et après-vente. Mais qu’en est-il des économies plus « immatérielles » ? En d’autres termes, cette logique de « flux tendu » est-elle uniquement applicable à des problématiques de gestion de stocks et au secteur de l’industrie ?